La liste des écologistes du 1er !

Erwan LEDUBY

Actuellement étudiant en 4ème année d’études d’écologie à l’école Sup’Ecolidaire, et parallèlement surveillant en internat dans un lycée, je ressens aujourd’hui le besoin de contribuer à porter une liste écologiste au responsabilités à Lyon. Mes trois années d’études d’économie antérieures, mon service civique réalisé l’an dernier dans un collège lyonnais avec l’AFEV, et mon engagement militant au sein de Youth for Climate et Alternatiba-ANV, ont contribué à une prise de conscience selon laquelle les citoyens et militants doivent se réapproprier le pouvoir politique. Dans la lignée de François Ruffin, j’estime que les forces politiques de gauche, au-delà des partis, doivent se réunir sur un projet radical, et porter « un front populaire écologique ».
Unis, nous parviendrons, je l’espère, à changer Lyon et la métropole, pour des territoires libérés des barons de la politique, et véritablement écologiques et solidaires

Laurence HUGUES

Autrice et spécialiste en écologie urbaine, avec une expérience professionnelle dans le documentaire et l’humanitaire, j’ai été élue à Paris où j’ai travaillé concrètement à la végétalisation de la Ville pour la rendre plus douce à vivre. J’ai par ailleurs contribué à une loi pour lutter contre l’impunité des multinationales en cas de violations des droits humains et de destruction de l’environnement, une loi qui vient de permettre de lancer des poursuites contre un géant pétrolier. « Penser globalement, agir localement » est
ma devise préférée. De retour en Auvergne Rhône Alpes où j’ai grandi, je souhaite contribuer à préserver l’esprit «village solidaire » du 1er arrondissement et faire face aux défis du changement climatique, avec une meilleure qualité de vie accessible à toutes et tous.

Mathilde CORTINOVIS

Depuis 2 ans, je suis co-fondatrice et co-gérante d’un café solidaire et éco-responsable dans le 1er arrondissement, Équilibres Café. Nous avons choisi de nous implanter dans le 1er arrondissement car c’est un quartier vivant, riche et mixte, et que nous nous reconnaissons dans son dynamisme militant. Notre engagement est en phase avec les valeurs écologistes et il m’est apparu tout naturel de prolonger mon engagement professionnel en engagement politique, car comme beaucoup, je ressens la nécessité et l’urgence d’un changement profond dans nos modes de vie afin de répondre aux défis climatiques et sociaux, et les municipalités doivent se saisir de ces enjeux. J’ai décidé de rejoindre la liste en espérant pouvoir apporter un point de vue complémentaire, de par mon statut de commerçante et mes expériences passées.

Benoit SCIBERRAS

Habitant Lyon depuis 20 ans, je travaille dans le 9ème arrondissement comme
accompagnant d’élèves en situation de handicap, en collège.
Je suis adhérent au syndicat SUD Education Militant écologiste associatif, j’ai participé à la lutte contre des grands projets inutiles en vallée d’Aspe, à Notre Dame des Landes, à Décines, à Roybon, à Bure et à Gonesse. Je participe aussi à l’altertour régulièrement depuis 2012
J’ai également été bénévole pour le salon Primevère, la revue S!lence ou La Décroissance .
Je participe à un jardin partagé et à un composteur collectif depuis 2016 dans le 3ème.
Je suis très attaché au 1er arrondissement pour y avoir travaillé de 1999 à 2007 et pour revenir y vivre aujourd’hui et participer à la vie culturelle et associative du quartier.
N’hésitez pas à changer le texte en restant dans l’idée.

Nicole SMOLSKI

Bien qu’attachée depuis toujours à un mode de vie branché nature, vélo, jardin, mes  engagements jusque-là étaient professionnels en tant que médecin hospitalier, et syndicaux nationaux : défense de l’hôpital  en général et de la Croix Rousse en particulier, pour le respect des patients, du travail des équipes, des engagements de chacun, et de la justice.

Dès lors, comment ne pas faire le lien entre ce que sont devenus les services publics dont l’hôpital, et l’évolution de notre planète ? Comment ne pas voir que le néo-libéralisme dont la doctrine a détruit l’hôpital en 15 ans est en train de détruire l’endroit où nous vivons ?

Mon départ à la retraite tout récent (que je vis comme une chance quand je vois les menaces actuelles) et mon besoin de m’engager au-delà du respect du droit d’asile, m’ont fait réfléchir à un engagement pour mon quartier. J’y vis ou j’y travaille depuis 1977, et son identité propre, la solidarité, la diversité, les luttes contre les injustices, correspondent à mes aspirations profondes. J’étais prête à y consacrer du temps, à rendre un peu de tout ce que j’ai reçu toutes ces années.

Les diverses rencontres, un besoin de creuser au-delà des problèmes rencontrés sur une carrière, m’ont décidée à accepter une candidature écologiste sur le 1er. On ne peut accepter sans broncher de risquer l’avenir de nos enfants et nos petits-enfants, et cet avenir c’est autant la lutte contre le néo-libéralisme que celle pour la planète, et pour notre quartier.

C’est finalement via l’écologie politique que j’ai accepté un nouvel engagement, car localement je n’y ai pas vu d’égos ni de luttes pour un pouvoir personnel : juste un collectif prêt à se battre pour des valeurs.

Jean Christian MORIN

Après une décennie passée à construire et faire fonctionner mon entreprise de maintenance aéronautique, je renoue avec un passé engagé dans le but de laisser une ville en meilleur état que celle que j’ai trouvée en arrivant.

Mon engagement dans cette élection vient d’une frustration évidente vis à vis
des contradictions qui s’accumulent sous nos yeux : des immeubles vides à côté des campings de sans-abris, un bétonnage en règle des espaces publics quand il faudrait végétaliser, des rues quinze fois plus larges que nos trottoirs, des trottoirs utilisés comme parkings d’automobiles et de trottinettes, un nettoyage et des équipements de propreté et d’hygiène à l’abandon, une absence quasi-complète de projets ambitieux pour une ville économe en énergie (habitat et déplacement), le tout sous le regard impavide d’élus locaux multi-cumulards ou en place depuis 2-3-4 mandats et perdus dans leurs querelles personnelles.

Ouf, de l’air !

Yasmine BOUAGGA

J’ai 37 ans, j’ai grandi en Seine-Saint-Denis dans une famille picardo-tunisienne. J’ai commencé à militer pour les droits humains quand j’étais au lycée, en m’intéressant aux questions internationales: les luttes altermondialistes, mais aussi la question du changement climatique et de la justice environnementale.

J’ai adhéré à EELV il y a dix ans, comme simple citoyenne. Dans mes études et dans ma vie professionnelle, je mène des recherches sur les politiques pénales, les conditions carcérales et les réformes pénitentiaires ; et également sur les migrations, l’asile et le traitement des étrangers. J’ai publié des enquêtes sur les prisons et sur les camps de réfugiés. Recrutée comme chargée de recherche au CNRS à Lyon, je donne également des cours comme vacataire à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et à l’Université Lyon 2. Dans une perspective d’éducation populaire, j’ai participé à la création d’une collection de bande-dessinée adaptant des enquêtes sociologiques (Sociorama), que je codirige.

J’ai eu diverses expériences bénévoles (Génépi, Droits d’Urgence, Itinérens) et j’ai fréquenté, dans mon travail, des acteurs publics et associatifs, qui m’ont donné envie d’agir. C’est pourquoi j’ai décidé de me porter candidate pour les élections municipales et métropolitaines, afin d’agir concrètement pour une politique écologiquement et socialement responsable, et préparer l’avenir.

Yann FAURE

Enseignant et habitant enraciné dans les pentes depuis maintenant 20 ans, j’y anime aussi un lieu associatif de libre expression intellectuelle, pratique et artistique dont la thématique centrale est l’écologie sociale.

Dans mes travaux de recherches en sociologie, je me suis intéressé successivement à la question urbaine, au travail puis aux professions médicales et à la santé en général. Cette pratique a développé en moi le goût d’écouter, d’observer et de comprendre pour trouver comment aider au mieux en préservant l’équilibre de chacun et la cohérence du tout.

Je nourris une passion pour la Croix-Rousse, pour son histoire, sa culture, sa vitalité exceptionnelle. Selon moi, le quartier est un écosystème fragile qui a aussi besoin de se préparer aux temps qui viennent.

J’ai donc choisi de m’engager dans cette élection pour contribuer à protéger à la fois sa richesse humaine, sa biodiversité et son patrimoine bâti afin qu’il demeure un endroit où il fait bon vivre et où perdurent les échanges, l’imagination et les solidarités. Si je suis élu, j’aurais à cœur d’encourager et de favoriser l’implication du plus grand nombre au service de l’intérêt général.

Et aussi :

Noé FROISSART

Lucie PERRIN